Typekit, ou la typothèque fantôme

T&T InDesign Trucs et tutosPublished janvier 30, 2014 at 22:57 4 Comments

Parmi les exclusivités de l’offre Creative Cloud d’Adobe, figure l’accès à Typekit, un service web de mise à disposition de fontes fournies gracieusement avec l’abonnement. Initialement pensé comme les Google fonts, pour un usage web, ce service s’étend en fait aujourd’hui à l’ensemble des applications Adobe CC qui peuvent donc les intégrer.

Devant l’enthousiasme d’un collègue prof, qui préconisait le Typekit comme typothèque gratuite pour l’école, j’ai souhaité faire un essai avec mon propre abonnement CC.

J’ai chargé la très jolie typo Museo en trois variantes : avec empattement, sans, semi, chacune contenant pas mal de graisses (rappel : 1 graisse = 1 fonte).

Museo s’est retrouvé illico dans mon environnement Adobe, aussi rapidement qu’une police qui se charge dans le système par Suitcase ou autre utilitaire. J’ai ouvert InDesign CC et j’ai rapidement testé l’affichage de ces typos, au regard d’une autre, Cronos Pro, une police Adobe Open Type que j’aime bien.

Je me suis demandé alors comment se passerait la procédure d’assemblage, vous savez, cette fonction bien pratique d’InDesign (menu Fichier) qui regroupe tous les éléments d’une mise en pages et est assortie d’un avertissement préalable de 15 lignes, illisible, qu’on peut résumer par : « copier des typos, ce n’est pas bien ».

Et bien sûr, ce qui était à craindre arriva, c’est à dire que les polices du Cloud ne se sont pas téléportées miraculeusement dans mon dossier d’assemblage…

Seule Cronos, déjà disponible sur mon poste, s’est recopiée dans le dit dossier. Adobe a d’ailleurs eu l’honnêteté de prévenir à ce moment-là que les polices Typekit ne se copieraient pas, ni les CJC (polices chinoises, japonaises, coréennes?).

Bon, réfléchissons. À quoi peut bien servir une police qui ne s’imprimerait pas (si l’imprimeur n’est pas abonné également au Creative Cloud, ce qui est encore tout à fait envisageable aujourd’hui)? À quoi peut ressembler une mise en page qui utilise une typo dont je ne suis pas sûr de conserver l’usage, si l’abonnement augmente, si mes finances diminuent?

C’est un peu comme si mon vocabulaire était soumis à censure : aujourd’hui, j’ai le droit de dire ceci, demain on verra. Et j’imagine ces dizaines de maquettes tout à coup impossibles à visualiser, un peu comme l’ouvrage 1984, d’Orwell, qui avait soudainement disparu du catalogue d’Amazon, ET des liseuses Kindle, en 2009.
Big Brother is in the cloud…

J’ai vite désynchronisé les polices Museo, de peur de les utiliser malgré moi un autre jour.
Bye-bye, Typekit.

4 Comments to “Typekit, ou la typothèque fantôme”
  1. Bousquet dit :

    Bonjour !

    Merci pour cet article que mon avis rejoint tout à fait !

    Cependant, comment avez-vous fait pour désactiver Typekit ?

    Merci

    • didesta dit :

      Effectivement, ce n’est pas immédiat d’accès. A droite de la barre des menus, vous cliquez sur l’icône de l’app Creative Cloud, qui ouvre son panneau. Cliquez sur la roue crantée, pour voir un menu apparaître, et allez dans « Préférences ». De là, vous sélectionnez « Creative Cloud » sur la ligne du haut en gris, et « Polices » sur la 2e ligne en gris.
      Là enfin, apparaît le bouton « Off » sous « Typekit » qui vous permet de le désactiver.

      • Bousquet dit :

        Bonjour !

        J’avais déjà lu cette façon de faire, mais elle ne marche que si nous avons installé la suite par le Creative Cloud…

        Mais je n’ai pas trouvé d’autre façon de faire pour ceux qui n’ont pas les moyens ;)

        Merci quand même et à bientôt !

  2. Léa dit :

    Bonjour,
    Je suis tellement d’accord avec vous, je suis chargée de communication, et j’utilise Indesign pour touS mes supports de communication! J’ai trouvé que Typekit été très intéressant afin d’avoir des typos originales et variées. Cependant, comme vous le dites, une fois mes assemblages envoyés à mon imprimeur! Impossible d’assembler les polices provenant de Typekit. vraiment nul et au final inutile pour ce qui n’imprime pas directement d’eux-mêmes… Déçu!

    Plus qu’à revenir aux polices proposées dans Indesign :(

Proposez un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)